Foreign Policy by Canadians
Results/ Résultats

English:

Executive Summary

In March and April 2021, a large representative sample of the Canadian population gathered online to debate Canada’s global engagement. This gathering marked the largest deliberative democracy exercise in our country’s history.

Organized by the Canadian International Council (CIC), the Canadian Partnership for Women and Children’s Health (CanWaCH) and Global Canada, Foreign Policy By Canadians demonstrated that citizens have high levels of interest in foreign policy and are ready for meaningful engagement on some of the most significant issues facing Canada in the world.

Over the course of eight to twelve hours, 444 participants deliberated in 39 small groups on proposals related to global public health, security, prosperity and human dignity. A survey taken before the exercise showed Canadians to be instinctively international in their outlook and broadly in favour of global engagement to pursue objectives in collaboration with other nations. A survey of the same questions taken afterward showed that when participants were exposed to competing viewpoints, their support changed in some areas while holding firm in others. The patterns of where support rose or fell offer insight into the attitudes the whole population of Canada has toward international issues.

An analysis of the transcripts of the 39 small groups showed a strong sense of national identity, but not in the sense of flag-waving or profile-seeking for our country on the world stage. Rather, participants demonstrated real concern for fellow citizens and a preference for policies that bring benefit to them as well as to people beyond our shores.

Participants showed both principle and pragmatism in their preferences for Canada’s global engagement. The principles that seemed most consistent were a commitment to human rights, and an insistence on consistency between our advocacy abroad and our own performance at home and by our Canadian companies abroad. The participants’ pragmatism showed through in their support in the pursuit of economic opportunity, their focus on the influence Canada can realistically exercise, and their determined focus on impact when considering the investment of public funds.

Canadians appear ready for more serious engagement on foreign policy. While they are not asked to vote based on foreign policy issues, they certainly appear interested in them. They bring strong convictions to the subject but are open to contrary views. In the deliberations of Foreign Policy By Canadians, there were few signs of polarization, with strong majorities of participants agreeing on many issues across geographic, partisan and linguistic divisions.

Perhaps most encouragingly, citizens responded very favourably to being engaged. Faith in the system of democracy in Canada rose through the process. Before deliberation fewer than 70% thought democracy was working well. This rose to an impressive 80% after deliberation. Trust in citizens with opposing views increased, as did tolerance of disagreement and openness to compromise.

Rapid and dramatic changes in international relations will force Canada to continue adapting our foreign policy. If Canada is to count on deep public support for new directions in foreign policy, deliberative democracy offers a promising approach. Repeated engagement with citizens could help this country to better adapt its policies to the emerging international environment – and strengthen Canadian democracy in the process.

Objective

In October 2019, Canadian leaders with a wide range of interests in global affairs met in Toronto following the federal election of that year. Most shared their concern that while our country’s influence in world affairs is not what it once was, the election campaign included minimal discussion of foreign policy. Do voters genuinely not care about international issues? Or is the current framing of foreign policy failing to capture their concerns and perspectives?

The CIC, Global Canada, and CanWaCH resolved to inject the perspectives of everyday citizens into the national debate on foreign policy. Our objective is to reframe Canada’s global engagement in terms that citizens can understand and support. Equipped with the informed perspectives of Canadians, policymakers and political actors can mobilize the aspiration and resources required for Canada to secure the outcomes in international affairs that our citizens need to thrive.

Relating Foreign Policy to Everyday Citizens

How should we insert the views of 38 million Canadians into a coherent discussion of foreign policy? By convening a replica of the entire population and engaging them on the key issues facing Canada. The larger the sample, the more representative this microcosm of Canadians will be of the whole nation.

We set out to organize the single largest sample population of Canadians ever assembled for a deliberative democracy exercise. Until recently, this has been prohibitively expensive for Canada, given the travel and housing costs it would entail. However, we were fortunate enough to find an implementing partner with the technology and the experience to conduct an effective deliberation online at a fraction of the cost. Stanford University’s Center for Deliberative Democracy had experimented with online deliberation for eighteen years, long before the pandemic drove so much human conversation to video screens.

We secured the participation of 444 Canadians, from all walks of life. A breakdown can be found in Figure A. The Canadians that participated in Foreign Policy By Canadians were a broadly accurate reflection of our experiences and diversity. All of Canada’s regions were represented in proportion to their populations. The exercise was offered in both official languages. The distribution of incomes was identical to those of the broader population, as was the education level of our participants. Exactly 23% had no higher than a high school education; 46% had a university degree. Ethnic diversity was broadly proportional to the population, with 74% white, 11% Asian, 6% Black and 3% First Nations, Inuit or Métis. Preference for speaking in French was 14% among participants (19% in the control group), which is lower than the 23% of the population for whom French is the first official language.

The participants gathered via videoconference in real-time, divided into 39 small groups who remained together throughout the entire 8 to 12 hours of deliberation. Moderators did not facilitate these groups. Instead, the groups managed their conversations guided only by an automated prompt from the Stanford University software, which helped keep time and spot any disrespectful communication (of which there was very little).

Findings

The Center for Deliberative Democracy at Stanford University conducted the deliberation exercise, and has reported on what participants think about Canada’s global engagement. To access the Stanford report, please visit: https://spacez.ca/research/1375019-2/. The present document analyzes why Canadians came to the conclusions they did, and what implications their views carry for foreign policy.

Citizens demonstrated a keen appreciation of the importance of international affairs. The discussion guides and explanatory videos they watched appear to have prepared them adequately for their deliberation.

 

 

Canadians are conscious of the distinction between outcomes that benefit our country and those that don’t. But they do not often invoke a particular desire to see Canada do better than others or a claim that Canada is somehow exceptional. When they looked to the international arena they saw a series of  problems to be solved and challenges to be overcome. They tend to approach each issue on its merits, weighing competing objectives and demonstrating flexibility in how Canada should respond.

It was striking how many issues the majority of Canadians agreed on. Participants supported proposals on improved responses to online threats (93%), corporate responsibility abroad (88%); Arctic sovereignty (85%), human rights considerations in trade deals (80%), advancing the same rights abroad that we are practicing at home (85%).

How Should Canada Engage in the World to Advance the Health of Our Citizens?

As 444 Canadians gathered online to deliberate in March and April, the COVID-19 pandemic was in its third wave with quickly rising case numbers across the country. It was a time when the world was grappling with the impact of the disease and the spectre of vaccine nationalism as countries competed for the supply of doses. During the discussions, many provinces were reinstating lengthy lockdowns. Borders were closed, and the vaccination drive was just beginning to roll out.

While global public health is not an issue traditionally at the top of the international agenda, COVID-19 is undeniably an international issue. The pathogen originated overseas, and the vaccines to combat it come from overseas.

The deliberations reflected demand for decisive policy action at the international level as well as within Canada. A strong majority of citizens expressed their desire to restrict international travel from high- risk countries to reduce infections here at home. Citizens also wrestled with the idea that Canada should share vaccines with the rest of the world while it was vaccinating its people. This question had the lowest support in the health theme, with pre-deliberation support at 53%, going up to 56% post deliberation. Canadians pondered on the dilemma of moral responsibility vs. safeguarding their own people. The support after deliberation went down.

post-deliberation. At the same time, the participants supported the idea (over 60%) that helping poorer countries with a COVID-19 recovery will help Canada and the rest of the world from both a health and an economic perspective.

 

 

What should the international community do to prevent future outbreaks? There was a consensus among participants regarding the need for more proactive measures to be taken next time. A majority (70%) of participants supported a proposal to authorize the World Health Organization (WHO) to inspect countries when an outbreak is suspected. However, they were unsure how this can be implemented if those countries object.

While many did not approve of how the WHO handled the COVID-19 pandemic, they supported the proposal to increase financial contributions to the body by Canada and all member-states. Suspicious of large bureaucracies, their support came with a demand for stewardship and accountability to ensure a good return on investment. (Support for the proposal was 64% post-deliberation from 67% pre-deliberation).

Should Canada improve its coordination of global public health issues? Here citizens showed more hesitation. Support for a national Global Health Strategy and a new ambassador to advocate the goals of this strategy internationally fell flat (52% support post-deliberation, down from 66% pre-deliberation). Many participants expected federal and provincial governments to coordinate effectively and did not see the need to create new machinery.

Should Canada expand on its record of leadership in global efforts in women and children’s health, to global public health as well? Many were unaware of this legacy and worried that we are not doing enough to uphold women and children’s health within Canada, particularly among Indigenous communities. Yet they did recognize that the health of women and girls is a priority and could bring significant benefits at a global scale. A significant majority steadfastly supported Canada maintaining its leadership role in this area.

Proposals to enhance the health of Canadians [https://spacez.ca/research/foreign-policy-by- canadians-appendices/. See Q1A.]

How Should Canada Engage in the World to Advance the Security of Our Citizens?

COVID-19 is but one of many threats to Canadians that have emerged from beyond our borders. The next section of Foreign Policy By Canadians examined various threats of most significant concern to its citizens, and where Canada might focus its efforts to protect Canadians.

Participants felt that cybersecurity was a crucial security issue that Canada needs to prioritize. They treated cyber threats as a serious matter and grave risk for economic prosperity. Many were concerned by recent

reports that hackers had accessed the private data of Canadians stored by the Canada Revenue Agency.

They also recognized that digital communications create vulnerabilities for our democratic system. Citizens supported stronger domestic laws to protect the integrity of our elections, to safeguard our ability to choose our own governments. And yet, they were suspicious of too much intervention, fearing that surveillance and state censorship are potential pitfalls of stringent cyber laws.

Participants demonstrated overwhelming support for a more prominent presence in Canada’s Arctic. They know that the North has valuable resources, and that a changing climate has led to an increased presence from countries such as China and Russia. Participants were keen to know how Canada can assert its rights and find other strategies to defend its land. Some suggestions towards improving the military presence included increasing satellite surveillance. Participants also noted that Canada’s military needs more funding. Most were open to Canada and the U.S. working closely to maintain control of the Arctic.

Citizens support both a military presence and enhanced human security for the Indigenous population in the region. They support continued cooperation with the eight countries sharing the Arctic and the expansion of livelihood options for the people of the North.

As geopolitical rivalries flare up across the world, citizens were asked if an alliance of liberal democracies to defend the international rules-based order would be a solution.

Russia and China may represent a growing security threat, but the participants showed only lukewarm support for a new alliance, noting that it could signal a return of the Cold War era. “Democratic solidarity yes, but new Cold War no,” is how one of our volunteers who analyzed the transcripts summed up the sentiment in the discussion rooms.

Proposals to enhance the security of Canadians [https://spacez.ca/research/foreign-policy-by-canadians- appendices/. See Q2A.]

How Should Canada Engage in the World to Advance the Prosperity Citizens?

If the pandemic and security threats gave a glimpse of Canadians’ concerns, the discussions on measures to advance prosperity revealed the aspirations many have for our future. We asked the participants how Canada should adapt our trade relationships to a changing geopolitical order, respond to a shifting global economy, and share the benefits of growth.

As the rivalry between the U.S. and China threatens a decoupling of the world economy, participants pondered its impact on Canada. Most of them initially supported deepening access to the U.S. market through expanded economic integration, arguing that the U.S. is a natural ally.

Yet there were also suggestions that Canada diversify trade relationships that could help the country offset the dominance of the U.S. in our economic relationship.

Deliberation surfaced greater openness to diversifying trade interests into Asia even as wariness about China remains high.

The deliberations revealed a strong preference to focus on the future industries by creating a business environment more conducive to digital innovation and by transitioning to clean energy as soon as practical.

There was an overwhelming endorsement for the proposal that Canada needs a vibrant, innovative digital sector and that rather than limiting these companies, we should embrace digital innovation as a primary source of economic growth. Participants viewed the digital sector as the future of the Canadian economy. They worry that the country is falling behind other countries. The need to build a digital economy also came with the condition that checks and balances must be in place to prevent monopoly formation in the sector.

Canada has traditionally benefited from natural resources, including oil and gas. As the world prepares for a transition to a clean energy future, Canada faces an awkward situation. How should Canada manage this change? Canadians supported partnering with the oil and gas industry so the profits from energy sales could help finance the transition. The discussions shed light on the pragmatic approach that Canadians take across issues. Participants were divided on whether they trust the industry. Still, most felt that its innovative nature and the insights for our energy future represented tangible benefits that would benefit the government.

Canadians were equally clear-eyed when it came to the social impact of economic growth. The pro- trade views outlined here did not prevent participants from expressing concern for growing inequality in Canadian society and worldwide. The principal proposal that was put forward – to ramp up training and employment support programs to spread gains from trade – was not seen as sufficient to meet the challenge but enjoyed very high support as the most promising idea on the table.

Proposals to enhance the prosperity of Canadians [https://spacez.ca/research/foreign-policy-by- canadians-appendices/. See Q3A.]

How Should Canada Engage in the World to Advance the Dignity of Our Citizens?

Canadian society never stands still. As social movements emerge to address long-standing inequalities or injustices, they embrace identities that span frontiers and tackle issues present at home and abroad. Since the quest for human dignity never ends at the border, the pursuit of human rights has featured prominently in Canadian foreign policy for decades.

This deliberative democracy exercise confirmed Canadians’ interest in striving for inclusive societies across the board, creating space for all marginalized groups. A majority agreed that Canada should implement a Feminist Foreign Policy to put human dignity at the centre in all of Canada’s global engagement, and ensure we are ‘walking our own talk’ before exporting the idea to other countries.

Participants support efforts to promote greater gender diversity in leadership roles, noting how well women leaders performed during the pandemic. There was an openness to accommodating the needs of other vulnerable groups as well. In discussions, numerous participants underlined the importance of policies that accommodate sexual and gender minority groups, those with physical and mental disabilities, Indigenous communities, and visible minorities.

A few participants expressed the opinion that the term “feminist” as a policy label doesn’t reflect the goals of gender equality and inclusion. Once a Feminist Foreign Policy was further explored in deliberation, it gained in support. Most seemed to agree that it is possible to pursue equity for all marginalized groups with a focus on women.

The aspiration for Canada to advance diversity and equality in communities abroad came with conditions. Most felt strongly that Canada should only work with communities abroad when invited to do so. Several others thought it was important that Canada put its own house in order before pursuing social change abroad. Few thought it was legitimate or even feasible to pursue social justice abroad separately from efforts at home. When Canada does support communities abroad, participants insisted that we remain mindful of the differences between our cultures and our approaches.

 

 

That said, citizens did feel strongly about obliging Canadian companies operating abroad to abide by Canadian rights and environmental standards. They felt that voluntary standards were not enough, and should be made mandatory for all firms headquartered in our country, no matter where they operate. They demonstrated some flexibility in maintaining trade agreements with countries that fail to meet international standards, though they insist that human rights are considered in the initial choice of partners.

Proposals to enhance the dignity of Canadians [https://spacez.ca/research/foreign-policy-by-canadians- appendices/. See Q4A.]

The Tools of Global Engagement

Foreign Policy By Canadians sought not only to identify which policies Canadians might support in foreign policy, but how deep their support might run. The divergence in their answers offers clues to how Canadians think about international affairs.

Support for development spending was high, and remained high after deliberation. When goals were stated in terms of a tangible outcome, such as increasing official development assistance to advance global health, support was high and remained high after deliberation (70%).

In a world turned more threatening to Canada’s interests, participants showed high support for a spending on security. Most Canadians support ample funding for the nation to meet today’s security challenges, to support everything from a military presence in the Arctic to greater capacity to adapt to climate crises. Several expressed concerns on our overreliance on the United States when it comes to our security.

Citizens were markedly more uncertain about the value of diplomacy. The most tangible expression of a country’s diplomatic capabilities relates to the embassies where the principal work is done. After a discussion about the need to understand other countries’ priorities and build person-to-person relations to advance Canada’s interests, participants were asked if they supported investment in Canada’s network of embassies abroad to accomplish this. In deliberating the topic, participants wondered if Canada could pursue its objectives abroad at lower cost, to tighten the belt as the nation passes through a difficult economic time.

The challenges of a growing national debt did not escape participants. When asked to provide a relative ranking of priorities, Canadians are considerably more willing to devote resources to international objectives that involve shared benefits, in which the direct interests of Canadians are advanced alongside interests of those beyond our shores. Support for international investment correlates closely with expectations of tangible impact that Canadians believe our country can have.

Another pattern to observe is that citizens prefer to focus on the ends and not the means of foreign policy. For example Canadians are willing to see the WHO gain greater power to investigate fresh outbreaks of infectious disease, and to increase assessed contributions to fund this. They are not interested in developing a national strategy and appointing a Canadian Ambassador for Global Health. What interests them is the outcome, not how we get there.

Assessment

The analysis of the discussions show that Canadians deeply care about international issues and how they impact their everyday lives. The pandemic has deepened the insecurities of the citizens about a future that increasingly seems uncertain. This is where Canadians are asking their leaders to invest in areas that

 

 

could address the immediate needs of the people (for example, by prompting economic recovery). At the same time, these discussions show that Canadians believe that the country has a certain moral responsibility in the current world order, but are loath to preach. Rather, they display a pragmatism in the pursuit of those principles. They believe that the country should make a difference and want to see tangible results, and not posturing.

Certain consistent principles emerge from the preferences Canadians voiced in this exercise. This openness to global goals is accompanied by a strong preference for equity, or equal application of protections across borders and across traditionally marginalized groups. Canadians seem determined to uphold the rights of individuals, and eager that the federal government pursue them in parallel, at home as well as abroad. Participants were no less committed to preserving economic opportunity and distributing its benefits.

And yet Canadians showed themselves to be highly practical in the exercise as well. They showed greater support for proposals that outlined the ends to be achieved to those that highlighted the institutions to achieve them. They were quite open to considering various means to achieve ends.

Foreign Policy By Canadians revealed that our fellow citizens are willing to support global goals, even more so when they see how the goals advance objectives at home and abroad. As in any other domain of public policy, Canadians want to see results. They aren’t interested in investing in aspirations, but they will invest in outcomes.

Deliberative Democracy as a Regular Input to Policy-making

Rapid shifts in global affairs and the impact on Canadians make it imperative that we consult our fellow citizens more systematically. Gone are the days in which individuals had their say once every four or five years in their vote for a government that would take care of the details until the next election. Citizens have too much at stake and have too much information to casually entrust their interests to the government for extended periods.

Conversely, governments benefit from a well-informed citizenry engaged in the great policy debates of the day. When the time comes to increase spending or to take risks to expand Canada’s impact through bold leadership, the government would need to count on public support.

Regular input by citizens throughout the policy-making process takes time, resources, and effort. But Canada’s democracy is changing. Systems of representative democracy with roots in earlier centuries require extra efforts to inform and engage the people. Further adding complexity is an increasingly busy digital space where Canadians access their information. As Foreign Policy By Canadians has demonstrated in international affairs, deliberative democracy can fill that gap.

Governments and societies will benefit from regularly scheduled exercises of deliberative democracy, proposing topics for discussion, briefing participants, and acknowledging the results that emerge. As we have seen in this exercise, the resulting growth of confidence in Canadian democracy will expand public support.

That public support, in turn, will be an additional source of Canadian power at a time when we need all the influence we can get. A government confident in the public’s support can do more to advance our nation’s interests and contribute to an international order better reflective of our values.

View this report as a PDF: Conclusions and Implications (English)

Français:

Résumé

En mars et en avril 2021, un vaste échantillon représentatif de la population canadienne s’est réuni en ligne pour débattre de l’engagement du Canada dans le monde. Il s’agit du plus important exercice de démocratie délibérative de l’histoire de notre pays.

Organisé par le Conseil international du Canada (CIC), le Partenariat canadien pour la santé des femmes et des enfants (CanSFE) et Canada Global, La politique étrangère selon le peuple canadien montre que les citoyen·ness’intéressent grandement à la politique étrangère et sont prêts à réellement s’engager dans d’importants enjeux auquel est confronté le Canada dans le monde.

Sur une période de huit à douze heures, 444 personnes ont délibéré en petits groupes (39 au total) sur des propositions en matière de santé publique mondiale, de sécurité, de prospérité et de dignité humaine. Un sondage effectué avant l’exercice indique que les Canadien·nes ont une perspective instinctivement internationale et qu’ils sont largement en faveur d’un engagement mondial pour poursuivre des objectifs en collaboration avec d’autres pays. Les mêmes questions ont été posées après l’exercice et les réponses des participant·es indiquent que lorsqu’ils sont exposés à des points de vue divergents, leur soutien change pour certaines propositions alors qu’il reste le même pour d’autres. Étant donné la taille de l’échantillon représentatif, ces tendances nous renseignent sur les attitudes de l’ensemble de la population canadienne par rapport aux questions internationales.

Une analyse des transcriptions des 39 petits groupes indique un grand sentiment d’identité nationale, mais pas dans le sens d’agiter le drapeau ou de chercher à rehausser le profil de notre pays sur la scène mondiale. Les participant·es ont plutôt démontré une réelle préoccupation envers leurs concitoyen·nes et une préférence pour les politiques avantageuses pour ces derniers ainsi que pour les personnes au-delà de nos frontières.

Les participant·es adhèrent à des principes et font preuve de pragmatisme quand il s’agit de leurs préférences en matière d’engagement mondial du Canada. Les principes les plus constants sont un engagement envers les droits de la personne et un souci de cohérence entre notre soutien à l’étranger, notre rendement à domicile et le rendement de nos entreprises à l’étranger. Le pragmatisme des participant·es s’est reflété dans leur appui pour la poursuite d’occasions économiques, l’emphase qu’ils mettent sur l’influence que le Canada peut réalistement exercer et l’accent clair qu’ils mettent sur l’impact de l’investissement des fonds publics.

Le peuple canadien semble prêt à s’engager plus sérieusement en politique étrangère. Même s’il ne vote peut-être pas en fonction d’enjeux de politique étrangère, il semble certainement s’y intéresser. Il montre de solides convictions en la matière, mais est ouvert aux opinions contraires. Lors des délibérations de La politique étrangère selon le peuple canadien, il y a eu peu de signes de polarisation, la majorité des participant·es s’entendant sur de nombreux enjeux indépendamment de leurs différences géographiques, partisanes et linguistiques.

Le plus encourageant est que les citoyen·nes ont répondu très favorablement à l’idée de s’engager. La confiance accordée au système démocratique canadien a augmenté au cours du processus. Avant les délibérations, moins de 70 % des participant·es pensaient que la démocratie fonctionnait bien, et un

1Veuillez noter que par souci de concision, le texte est féminisé à l’aide du point médian. Par exemple, Canadien·nes, participant·es, citoyen·nes, etc. Pour que le texte soit le plus épuré possible, le reste de la phrase est conjugué au masculin.

Des changements rapides et dramatiques dans les relations internationales obligeront le Canada à continuer d’adapter sa politique étrangère. Si le Canada doit compter sur un soutien public sincère envers de nouvelles directions en politique étrangère, la démocratie délibérative représente une approche prometteuse. La politique étrangère selon le peuple canadien révèle comment les perceptions du public sur l’engagement mondial du Canada est susceptible d’évoluer après un véritable engagement public à grande échelle. Il dévoile que les Canadien·nes ordinaires s’intéressent au débat éclairé sur la politique étrangère et que, lorsqu’ils sont engagés, leur confiance en notre système augmente. Un engagement répété avec les citoyen·nes pourrait aider ce pays à mieux adapter ses politiques à l’environnement international émergent tout en renforçant la démocratie canadienne au passage.

Objectif

En octobre 2019, des leaders canadiens ayant un vaste éventail d’intérêts dans les affaires mondiales se sont rencontrés à Toronto après l’élection fédérale de cette année-là. La majorité d’entre eux ont souligné que l’influence de notre pays dans les affaires mondiales n’est plus ce qu’elle était et que la campagne électorale avait tenu des discussions minimales sur la politique étrangère. L’électorat ne se préoccupe-t-il réellement pas des enjeux internationaux? Ou la présentation actuelle de la politique étrangère échoue-t-elle à capturer ses préoccupations et perspectives?

Le CIC, Canada Global et le CanSFE ont décidé d’intégrer les perspectives de citoyen·nes ordinaires dans le débat national sur la politique étrangère. Notre objectif est de redéfinir l’engagement mondial du Canada afin que le public puisse le comprendre et le soutenir. Orientés par les perspectives éclairées de Canadien·nes, les décideurs et les acteurs politiques peuvent mobiliser l’élan et les ressources nécessaires pour que le Canada puisse garantir les résultats en affaires internationales dont nos citoyen·nes ont besoin pour prospérer.

 

 

Établir un lien entre la politique étrangère et les citoyen·nes ordinaires

Comment pourrions-nous intégrer les perspectives de 38 millions de Canadien·nes dans un discours cohérent sur la politique étrangère? En réunissant une réplique de l’ensemble de la population et en lui permettant de s’exprimer sur les enjeux clés auxquels est confronté le Canada. Plus l’échantillon serait vaste, plus ce microcosme de Canadien·nes serait représentatif de tout le peuple.

Nous avons donc mis sur pied le plus vaste échantillon de la population canadienne jamais réuni pour un exercice de démocratie délibérative. Jusqu’à récemment, cet exercice aurait été extrêmement dispendieux pour le Canada en raison des frais de déplacement et d’hébergement qu’il aurait entraînés.

Toutefois, nous avons eu la chance de trouver un partenaire de mise en œuvre possédant la technologie et l’expérience nécessaires pour tenir une délibération en ligne à une fraction du coût. Le Center for Deliberative Democracy de l’Université Stanford tient des exercices de délibération en ligne depuis dix-huit ans, soit bien avant que la pandémie nous contraigne à tenir tant de conversations sur nos écrans.

Nous avons obtenu la participation de 444 Canadien·nes de tous horizons. Une répartition de l’échantillon se retrouve au Tableau A. Les Canadien·nes qui ont participé à La politique étrangère selon le peuple canadien composent un échantillon très représentatif de nos expériences et de notre diversité. Toutes les regions du Canada étaient représentés en proportion à leurs populations. Cet exercice a été tenu dans les deux langues officielles. La distribution des revenus était identique à celle de la population globale, tout comme le niveau de scolarité des participant·es. En outre, 23 % d’entre eux n’avaient pas de diplôme supérieur à un diplôme d’études secondaires et 46 % d’entre eux avaient un diplôme universitaire. La diversité ethnique de l’échantillon était proportionnelle à celle de la population : 74 % de Blancs, 11 % d’Asiatiques, 6 % de Noirs et 3 % d’Autochtones, d’Inuits ou de Métis. L’échantillon n’était toutefois pas représentatif de la population dans son ensemble pour ce qui est du taux de vote : 82 % des participant·es sont des électeurs actifs comparativement à 66 % des citoyens admissibles ayant voté en 2019. La préférence accordée au français était de 14 % chez les participant·es (19 % dans le groupe de contrôle), ce qui est inférieur aux 23 % de la population dont le français est la langue officielle.

Les participant·es se sont réunis par vidéoconférence en temps réel et ont été répartis en 39 petits groupes qui sont demeurés les mêmes tout au long des 8 à 12 heures de délibération. Ces groupes n’ont pas été animés par un tiers. Les conversations ont plutôt été orientées par des questions automatiques posées par le logiciel de l’Université Stanford, lequel a aidé à chronométrer l’exercice et repérer toute communication irrespectueuse (ce qui s’est très rarement produit).

Résultats

Le Center for Deliberative Democracy de l’Université Stanford a réalisé l’exercice de délibération et a présenté les opinions des participant·es sur l’engagement mondial du Canada. Pour accéder au rapport de l’Université Stanford, veuillez visiter le [https://spacez.ca/research/1375019-2/.]. Le présent document analyse pourquoi les Canadien·nes sont parvenus à ces conclusions et se penche sur les implications de leurs opinions sur la politique étrangère.

Les citoyen·nes ont montré une grande appréciation de l’importance des affaires internationales. Les guides de discussion et vidéos explicatives auxquelles ils ont eu accès semblent les avoir adéquatement préparés pour leurs délibérations.

À cette époque de polarisation, les Canadien·nes ont montré une capacité à discuter de leurs différences de façon constructive.

Les Canadien·nes savent faire la différence entre les résultats qui sont avantageux pour le pays et ceux qui ne le sont pas. Ils évoquent rarement le désir de voir le Canada mieux réussir que d’autres pays et ne disent pas que le Canada est en quelque sorte exceptionnel. En se penchant sur la scène internationale, ils constatent une série de problèmes à régler et de défis à surmonter. Ils ont tendance à aborder chaque enjeu selon ses mérites, en évaluant des objectifs contradictoires et en faisant preuve de flexibilité dans la façon dont le Canada devrait y répondre.

 

 

Il est frappant de voir le nombre de questions sur lesquelles s’accorde la majorité des Canadien·nes. Les participant·es sont en faveur de propositions concernant l’amélioration de réponses aux menaces en ligne (93 %), la responsabilité des entreprises à l’étranger (88 %), la souveraineté dans l’Arctique (85 %), les considérations en matière de droits de la personne dans les ententes commerciales (80 %) et l’avancement des mêmes droits à l’étranger que ceux que nous respectons chez nous (85 %).

Comment le Canada devrait-il s’engager dans le monde pour favoriser la santé de nos citoyen·nes?

Alors que 444 Canadien·nes se sont réunis en ligne pour délibérer en mars et en avril, la pandémie de COVID-19 en était à sa troisième vague et le nombre de cas augmentait rapidement d’un bout à l’autre du pays. Le monde était aux prises avec les impacts de la maladie et avec le spectre du nationalisme vaccinal pendant que les pays se disputaient l’approvisionnement de doses.2 Pendant les discussions, plusieurs provinces étaient en reconfinement. Les frontières étaient fermées et la campagne de vaccination ne faisait que commencer.

Bien que la santé publique mondiale ne soit habituellement pas un enjeu à la tête du programme international, la COVID-19 est indéniablement un enjeu international. Le pathogène vient d’outremer, tout comme le vaccin pour le combattre.

Les délibérations ont pointé vers la demande d’action politique décisive à l’échelle internationale ainsi qu’au Canada. Une grande majorité de citoyen·nes ont exprimé le désir de limiter leurs déplacements internationaux en évitant les pays à haut risque pour réduire les infections ici, à la maison. Ils se sont également colletés avec l’idée que le Canada devrait partager des vaccins avec le reste du monde alors qu’il vaccine sa propre population. Cette question a reçu le plus faible degré de soutien dans la thématique de la santé – le soutien avant les délibérations étant à 53%. Les Canadien·nes se sont heurtés au dilemme de la responsabilité morale par opposition à la protection des leurs. Le faible soutien prédélibérations est passé à 56 % après les délibérations. Parallèlement, les participant·es sont d’accord avec l’idée (plus de 60 %) selon laquelle aider les pays pauvres à se rétablir de la COVID-19 aidera le Canada et le reste du monde d’un point de vue sanitaire et économique.

 

 

Que devrait faire la communauté internationale pour empêcher les éclosions futures? Il y a consensus entre les participant·es quant au besoin d’augmenter les mesures proactives à prendre la prochaine fois. Une majorité de participant·es (70 %) sont d’accord pour autoriser l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à inspecter les pays lorsqu’une éclosion y est soupçonnée. Toutefois, ils sont incertains quant à la façon d’appliquer cette mesure si ces pays s’y opposent.

Même si plusieurs personnes n’approuvent pas la façon dont l’OMS a géré la pandémie, elles approuvent la proposition visant à augmenter la contribution financière que le Canada et les États membres versent à l’agence. Se méfiant des grandes bureaucraties, le soutien des participant·es s’accompagne de demandes d’intendance et de redevabilité pour assurer un bon retour sur l’investissement. (64 % des participant·es sont d’accord avec cette proposition avant la délibération et 67 % sont en faveur après la délibération.)

Le Canada devrait-il mieux coordonner les enjeux de santé publique mondiale? Ici, les citoyen·nes se sont montrés plus hésitants. Le soutien envers une Stratégie nationale sur la santé mondiale et un nouvel ambassadeur pour plaider en faveur des objectifs de cette stratégie internationale est tombé à plat (le soutien est tombé de 52 % avant les délibérations à 66 % après les délibérations). Plusieurs participant·es s’attendent à ce que le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux se coordonnent efficacement et ne voient pas la nécessité de créer un nouveaumécanisme.

Le Canada devrait-il jouer un rôle de chef de file en matière de santé mondiale en s’appuyant sur son bilan en matière de santé des femmes et des enfants? Plusieurs participant·es n’étaient pas conscients de cet héritage et craignaient que nous n’en fassions pas assez pour la santé des femmes et des enfants ici, au Canada, particulièrement au sein des communautés autochtones. Néanmoins ils reconnaissent que la santé des femmes et des enfants est une priorité et qu’elle devrait apporter des avantages significatifs à l’échelle mondiale. Une importante majorité appuie inébranlablement la proposition selon laquelle le Canada devrait poursuivre son rôle de chef de file dans ce domaine.

Propositions pour favoriser la santé des Canadien·nes [https://spacez.ca/research/foreign-policy-by- canadians-appendices/. Q1A.]

Comment le Canada devrait-il s’engager dans le monde pour assurer la sécurité de ses citoyen·nes?

La COVID-19 n’est qu’une des nombreuses menaces aux Canadien·nes à provenir de l’étranger. La prochaine section de La politique étrangère selon le peuple canadien aborde les diverses menaces qui préoccupent le plus les citoyen·nes et les questions sur lesquelles le Canada pourrait axer ses efforts pour protéger les Canadien·nes.

Les participant·es pensent que la cybersécurité est un enjeu de sécurité crucial que le Canada doit prioriser. Ils prennent les cybermenaces au sérieux et les considèrent comme une menace réelle à la prospérité économique. Plusieurs participant·es sont préoccupés par de récents rapports selon lesquels les pirates informatiques ont eu accès à des données privées entreposées par l’Agence du revenu du Canada.

Ils reconnaissent également communications numériques
vulnérabilités dans notre démocratique. Les citoyen·nes sont en faveur d’un renforcement de la législation nationale pour protéger l’intégrité de nos élections et notre capacité de choisir nos propres gouvernements. Toutefois, ils se méfient d’une trop grande intervention, craignant que la surveillance et la censure de l’État soient des pièges potentiels d’une cyberlégislation rigoureuse.

 

 

Les participant·es soutiennent massivement le renforcement de la présence du Canada dans l’Arctique. Ils savent que le Nord possède d’importantes ressources et que le changement climatique a entraîné une présence accrue de pays comme la Chine et la Russie. Les participant·es tiennent à savoir comment le Canada peut affirmer ses droits et trouver d’autres stratégies pour défendre son territoire. Certaines suggestions visent le renforcement de la présence militaire, dont l’augmentation de la surveillance par satellite. Les participant·es notent également que l’armée canadienne a besoin d’un financement accru. La plupart des participant·es sont ouverts à l’idée que le Canada et les États-Unis travaillent en étroite collaboration pour conserver leur contrôle de l’Arctique.

Les citoyen·nes sont en faveur d’une présence militaire et d’un renforcement de la sécurité humaine pour les populations autochtones de la région. Ils approuvent le maintien de la coopération entre les huit pays qui se partagent l’Arctique et l’expansion des options de subsistance pour les habitant·es du Nord.

 

 

Devant la flambée de rivalités géopolitiques dans le monde entier, nous avons demandé aux citoyen·nes si la création d’une alliance de démocraties libérales pour défendre l’ordre international fondé sur des règles serait une solution. Même si la Russie et la Chine représentent une menace grandissante à la sécurité, les participant·es sont tièdes à l’idée d’une nouvelle alliance, notant qu’elle pourrait signaler un retour à l’époque de la Guerre froide. Un des bénévoles ayant analysé les transcriptions résume ainsi le sentiment général des groupes de discussion : « La solidarité démocratique, oui, mais la Guerre froide, non ».

Propositions pour favoriser la sécurité des Canadien·nes [https://spacez.ca/research/foreign-policy-by- canadians-appendices/. Q2A.]

Comment le Canada devrait-il s’engager dans le monde pour favoriser la prospérité de ses citoyen·nes?

If the pandemic and security threats gave a glimpse of Canadians’ concerns, the discussions on measures to advance prosperity revealed the aspirations many have for our future. We asked the participants how Canada should adapt our trade relationships to a changing geopolitical order, respond to a shifting global economy, and share the benefits of growth.

As the rivalry between the U.S. and China threatens a decoupling of the world economy, participants pondered its impact on Canada. Most of them initially supported deepening access to the U.S. market through expanded economic integration, arguing that the U.S. is a natural ally.

Si les sections sur la pandémie et les menaces à la sécurité nous ont donné un aperçu des préoccupations des Canadien·nes, les discussions sur les mesures à prendre pour favoriser la prospérité ont dévoilé les aspirations de plusieurs citoyen·nes quant à notre avenir. Nous avons demandé aux participant·es comment le Canada devrait adapter ses relations commerciales au contexte géopolitique changeant, répondre à la transformation de l’économie mondiale et partager les retombées de la croissance.

Alors que la rivalité entre les États-Unis et la Chine menace de découpler l’économie mondiale, les participant·es se sont penchés sur les impacts de cette situation sur le Canada. La plupart d’entre eux ont d’abord soutenu le renforcement de l’accès au marché américain par l’entremise d’une intégration économique accrue, expliquant que les États-Unis sont un allié naturel.

Toutefois, certains suggèrent que le Canada devrait diversifier ses relations commerciales pour contrebalancer la dominance des États-Unis dans sa relation économique avec le pays. Pendant les délibérations, les participant·es se sont montrés plus ouverts à la diversification des intérêts commerciaux en Asie, même si la méfiance envers la Chine demeure élevée.

Les délibérations ont souligné une forte préférence à mettre l’accent sur les industries de demain en créant un environnement commercial plus favorable à l’innovation numérique et à la transition vers l’énergie propre dès que possible.

Les participant·es soutiennent largement la proposition selon laquelle le Canada a besoin d’un secteur numérique dynamique et innovateur et qu’au lieu de nuire à ces entreprises, il doit accueillir l’innovation numérique comme principale source de croissance économique. Les participant·es considèrent que le secteur numérique représente l’avenir de l’économie canadienne. Ils craignent que le pays n’accuse un retard sur d’autres pays. Le besoin de créer une économie numérique s’accompagne également de la condition de mettre en place des freins et contrepoids pour empêcher la formation d’un monopole dans le secteur.

 

 

Le Canada bénéficie traditionnellement de ressources naturelles, dont le pétrole et le gaz naturel. Alors que le monde se prépare à effectuer une transition vers un avenir énergétique propre, le Canada se retrouve devant une situation délicate. Comment le Canada devrait-il aborder ce changement? Les Canadien·nes sont d’accord pour que le Canada s’associe à l’industrie pétrolière et gazière pour aider à financer sa transition vers un avenir énergétique propre. Les discussions à ce propos ont souligné l’approche pragmatique des Canadien·nes d’un enjeu à l’autre. Les participant·es sont partagés quant à la confiance qu’ils accordent à l’industrie. Néanmoins, la majorité d’entre eux pensent que sa nature innovante et les perspectives pour notre avenir énergétique représentent des avantages concrets pour le gouvernement.

Les Canadien·nes sont tout aussi lucides quant à l’impact social de la croissance économique. Les opinions en faveur du commerce soulignées ici n’ont pas empêché les participant·es d’exprimer leur préoccupation envers l’inégalité croissante dans la société canadienne et dans le monde entier. La principale proposition mise de l’avant mettre l’accent sur la formation et le soutien à l’emploi afin que la population bénéficie uniformément de la croissance économique n’a pas été considérée comme suffisante pour répondre au défi, mais a obtenu un appui considérable en tant qu’idée la plus prometteuse étant proposée.

Propositions pour favoriser la prospérité des Canadien·nes [https://spacez.ca/research/foreign-policy-by- canadians-appendices/. Q3A.]

Comment le Canada devrait-il s’engager dans le monde pour favoriser la dignité de ses citoyen·nes?

La société canadienne n’est jamais statique. Alors que des mouvements sociaux émergent pour aborder des inégalités ou des injustices de longue date, ils embrassent des identités qui traversent les frontières et s’attaquent à des enjeux présents ici et à l’étranger. Puisque la quête de dignité humaine ne connaît aucune frontière, la poursuite des droits de la personne occupe une place prédominante dans la politique étrangère canadienne depuis des décennies.

Cet exercice de démocratie délibérative a confirmé que les Canadien·nes sont intéressés par les efforts visant à créer des sociétés inclusives sur tous les plans et faisant de la place à tous les groupes marginalisés. Une majorité d’entre eux sont d’accord avec la proposition selon laquelle le Canada devrait mettre en œuvre une politique étrangère féministe pour placer la dignité humaine au cœur de toutes les considérations de politique étrangère canadienne. Toutefois, ils indiquent que le Canada devrait s’assurer d’appliquer ce qu’il prêche avant d’exporter ses idées dans d’autres pays.

 

 

Les participant·es appuient la promotion d’une plus grande diversité de genres dans des postes de direction, notant au passage à quel point les dirigeantes féminines ont bien performé pendant la pandémie.

Les participant·es sont également ouverts à répondre aux besoins d’autres groupes vulnérables. Dans les discussions, plusieurs participant·es ont souligné l’importance de politiques adaptées aux groupes minoritaires sexuels et de genre, aux personnes atteintes de handicaps physiques ou mentaux, aux communautés autochtones et aux minorités visibles. Quelques participant·es ont exprimé l’opinion selon laquelle le terme « féministe » dans le titre d’une politique ne reflète pas les objectifs de l’égalité des genres et de l’inclusion. Ce concept de la politique étrangère féministe obtient cependant le soutien des participant·es après avoir été abordé dans les délibérations. La majorité des participant·es semblent s’entendre pour dire qu’il est possible de viser l’égalité de tous les groupes marginalisés en mettant un accent sur les femmes.

Les participant·es aspirent à ce que le Canada favorise la diversité et l’égalité dans les communautés du monde entier, mais avec certaines conditions. La majorité des participant·es sont convaincus que le Canada ne devrait pas travailler avec des communautés étrangères à moins d’être invité à le faire. Plusieurs autres participant·es pensent qu’il est important que le Canada mette de l’ordre dans ses affaires avant de tenter de réaliser un changement social à l’étranger. Quelques participant·es pensent qu’il est légitime et même faisable de poursuivre la justice sociale à l’étranger en plus de réaliser des efforts en ce sens dans notre pays. Lorsque le Canada soutient les communautés à l’étranger, les participant·es insistent pour qu’il tienne compte des différences entre nos cultures et nos approches.

Cela dit, il est très important pour les citoyen·nes que les entreprises canadiennes à l’étranger respectent les normes canadiennes en matière de droits de la personne et d’environnement. Ils pensent que les normes volontaires ne suffisent pas et qu’elles devraient être obligatoires pour toutes les entreprises dont le siège social se situe dans notre pays, peu importe où se déroulent leurs activités. Les citoyen·nes se montrent flexibles quant au maintien des ententes commerciales avec les pays qui ne respectent pas les normes internationales, mais insistent pour que le respect des droits de la personne soit considéré dans le choix initial des partenaires. Propositions pour favoriser la dignité des Canadien·nes [https:// thecic.org/research/foreign-policy-by- canadians-appendices/. Q4A.]

 

 

Les outils de l’engagement dans le monde

La politique étrangère selon le peuple canadien cherche non seulement à identifier les politiques que les Canadien·nes pourraient soutenir en politique étrangère, mais dans quelle mesure ils les soutiennent. Les différentes réponses offrent des indices sur la façon dont les Canadien·nes pensent aux affaires internationales.

Le soutien envers le financement du développement était élevé au départ et l’est resté après les délibérations. Lorsque les objectifs étaient énoncés en tant que résultats concrets, tel qu’augmenter l’aide officielle au développement pour favoriser la santé mondiale, le soutien était élevé au départ et l’est resté après les délibérations (70 %).

 

 

Dans un monde qui menace de plus en plus les intérêts du Canada, les participant·es se sont montrés très favorables au financement de la sécurité. La majorité des Canadien·nes approuve un généreux financement pour que le pays puisse relever les défis actuels en matière de sécurité, qu’il s’agisse de soutenir la présence militaire dans l’Arctique ou d’améliorer notre capacité à s’adapter aux crises climatiques.

Plusieurs participant·es ont exprimé des préoccupations quant à notre trop grande dépendance aux États-Unis en matière de sécurité.

Les citoyen·nes sont considérablement plus incertains quant à l’importance de la diplomatie. L’expression la plus concrète des capacités diplomatiques d’un pays est liée aux ambassades dans lesquelles le travail principal est effectué. Après une discussion sur le besoin de comprendre les priorités des autres pays et de nouer des relations interpersonnelles pour faire avancer les intérêts du Canada, nous avons demandé aux participant·es s’ils étaient d’accord pour que le Canada investisse dans son réseau d’ambassades à l’étranger pour y arriver. En délibérant sur la question, les participant·es se sont demandé s’il était possible que le Canada poursuive ses objectifs à l’étranger à moindre coût et se serre la ceinture alors que le pays traverse une période difficile sur le plan économique.

 

 

Les défis posés par la dette nationale croissante n’ont pas échappé aux participant·es. Lorsqu’on leur demande de se prononcer sur leurs priorités, les Canadien·nes sont considérablement plus prêts à consacrer des ressources aux objectifs internationaux ayant des retombées partagées et participant à l’avancement des intérêts directs des Canadien·nes ainsi que des intérêts des autres pays. Le soutien des Canadien·nes envers l’investissement est étroitement lié à leurs attentes quant à l’impact tangible que peut avoir leur pays selon eux.

Une autre tendance à observer est que les citoyen·nes préfèrent se concentrer sur la fin et non sur les moyens de la politique étrangère. Par exemple, les Canadien·nes sont prêts à accorder plus de pouvoir à l’OMS pour examiner de récentes éclosions de maladies infectieuses et à augmenter les contributions pour y parvenir. Ils ne souhaitent pas développer de stratégie nationale et nommer un ambassadeur canadien pour la santé mondiale. Ce qui les intéresse est le résultat et non la façon d’y parvenir.

 

 

Évaluation

L’analyse des discussions montre que les Canadien·nes ont très à cœur les enjeux internationaux et leur impact sur leur quotidien. La pandémie a renforcé les insécurités des citoyen·nes face à un avenir qui semble de plus en plus incertain. C’est là que les Canadien·nes demandent à leurs dirigeants d’investirdans des domaines qui pourraient répondre aux besoins immédiats des personnes (par exemple, en encourageant la relance économique). Parallèlement, ces discussions montrent que les Canadien·nes pensent que le pays a une certaine responsabilité dans l’ordre mondial actuel, mais ne souhaitent pas faire la morale. Ils font plutôt preuve d’un pragmatisme dans la poursuite de ces principes. Ils pensent que le pays devrait faire une différence et veulent voir des résultats concrets et s’éloigner des faux-semblants.

Certains principes constants émergent des préférences exprimées par les Canadien·nes dans cet exercice. Cette ouverture aux objectifs mondiaux s’accompagne d’une grande préférence pour l’équité, ou l’application égale des protections au-delà des frontières et pour tous les groupes traditionnellement marginalisés. Les Canadien·nes semblent déterminés à faire respecter les droits des individus et semblent vouloir que le gouvernement fédéral les fasse également respecter, au pays et à l’étranger.

Les participant·es sont tout aussi engagés à préserver les possibilités économiques et à en distribuer les bénéfices.

En outre, les Canadien·nes se sont montrés très pratiques dans l’exercice. Ils ont montré plus de soutien envers les propositions qui soulignaient les objectifs visés plutôt que celles qui soulignaient les institutions nécessaires pour les réaliser. Ils ont été assez ouverts à considérer divers moyens pour y parvenir.

La politique étrangère selon le peuple canadien révèle que nos concitoyen·nes sont prêts à soutenir les objectifs mondiaux, d’autant plus lorsqu’ils voient comment les objectifs favorisent des intérêts ici et à l’étranger. Comme dans tout autre domaine de politique publique, les Canadien·nes veulent voir des résultats. Ils ne souhaitent pas investir dans des aspirations, mais sont prêts à investir dans des résultats.

La démocratie délibérative comme contribution permanente à l’élaboration de politiques

Des changements rapides dans les affaires mondiales et leurs impacts sur les Canadien·nes font en sorte qu’il est impératif de consulter nos concitoyen·nes plus systématiquement. Nous sommes loin de l’époque où chaque individu avait son mot à dire tous les quatre ou cinq ans en votant pour un gouvernement qui s’occuperait des détails jusqu’à la prochaine élection. Les enjeux sont trop importants pour les citoyen·nes et ils ont trop d’informations pour simplement confier la gestion de leurs intérêts au gouvernement pendant des périodes prolongées.

Inversement, le gouvernement peut tirer profit d’un ensemble de citoyen·nes bien informés et engagés dans les grands débats politiques en cours. Quand vient le temps d’augmenter les dépenses ou de prendre des risques pour bonifier l’impact du Canada par le biais d’un leadership audacieux, le gouvernement peut compter sur le soutien du public.

La contribution régulière des citoyen·nes dans le processus d’élaboration de politiques prend du temps, des ressources et des efforts. Mais la démocratie du Canada change. Les systèmes de démocratie représentative centenaires demandent des efforts supplémentaires pour informer et mobiliser les gens. Un espace numérique de plus en plus occupé, où les Canadien·nes accèdent à leurs informations, vient compliquer la donne. Comme l’a démontré La politique étrangère selon le peuple canadien pour les affaires internationales, la démocratie délibérative peut combler cette lacune.

Les gouvernements et les sociétés profiteront d’exercices de démocratie délibérative régulièrement planifiés, proposant des sujets de discussion, informant les participant·es et reconnaissant les résultats qui en découlent. Comme nous l’avons vu dans cet exercice, la confiance accrue envers la démocratie canadienne qui en résulte peut accroître le soutien du public.

Ce soutien public, en retour, sera une source additionnelle de pouvoir canadien à une époque où nous avons besoin de toute l’influence possible. Un gouvernement confiant envers le soutien du public peut en faire plus pour favoriser les intérêts de son pays et contribuer à un contexte international qui reflète davantage ses valeurs.

Voir ce rapport en PDF: Conclusions et Implications (Francais)

 

 

About
The CIC | The mandate of the Canadian International Council is to give citizens a voice in global affairs. Founded 92 years ago by Sir Robert Borden, CIC is a non-partisan, grassroots, and citizen-centred organization with 18 branches across Canada, from Halifax to Victoria.

CanWaCH | The Canadian Partnership for Women and Children’s Health (CanWaCH) is comprised of approximately 100 Canadian non-governmental organizations (NGOs), academic institutions, health professional associations and individuals partnering to improve health outcomes for women and children in more than 1,000 communities worldwide.

Global Canada | Global Canada brings together Canadians in leadership positions around the world and is based on two core beliefs. First, that Canada can best serve its interests by enhancing its global impact. Second, that Canada’s impact will be enhanced if key Canadian institutions and individuals work together in a coordinated and complementary manner, informed by a clear set of overarching principles.